Le poulpe est un céphalopode, un mot dérivé du grec qui signifie tête et pieds. Les tentacules des pieuvres contiennent les deux tiers du cerveau. À l’intérieur de leurs membres, en fait, ils ont environ 50 000 millions de neurones. La troisième partie du cerveau est située dans la tête et a la forme d’un beignet. Le terme correct à utiliser est pieuvre, qui diffère du polype, même si les deux mots sont couramment confondus comme synonymes.

Le poulpe et ses tentacules

Les tentacules sont des organes extraordinaires et ont des fonctions différentes. Les postérieurs sont utilisés par la pieuvre pour se déplacer sur les fonds marins. Alors que les six autres – qui en ont normalement huit – servent à prendre de la nourriture et à la porter à la bouche, ainsi qu’à chasser.

La fonctionnalité des tentacules de la pieuvre est incroyable et on peut donc dire que les poulpes ont deux jambes et six bras. Ces céphalopodes disposent également d’une flexibilité considérable car ils peuvent se plier pour transformer la pieuvre en sphère et la laisser rouler sur le fond de la mer. Ou bien ils peuvent prendre une position inclinée et laisser la pieuvre se glisser dans n’importe quelle ouverture, et s’accrocher aux saillies des rochers.

De plus, les tentacules peuvent avoir une vie propre. Si un membre est sectionné, il peut continuer à se déplacer de manière autonome. Chez certaines espèces de céphalopodes, les tentacules peuvent même survivre plusieurs semaines. En outre, chaque tentacule possède deux rangées de ventouses qui servent de papilles gustatives et permettent aux poulpes d’identifier la nourriture.

Le poulpe mâle

Les poulpes mâles ont un tentacule spécial où réside le sperme. En effet, ledit tentacule est directement inséré dans la tête de la femelle lors de l’accouplement. Parfois, au cours du rapport sexuel, le tentacule utilisé à cette fin et qui est appelé ectocotile, se détache, mais plus tard il repousse.

Certains chercheurs pensent que les poulpes détachent volontairement leur membre sexuel et le placent dans la femelle de peur que celle-ci, après ou pendant l’accouplement, ne le mange. Par ailleurs, les pieuvres sont en fait des cannibales et c’est sans doute pour cela qu’ils sont solitaires !

La pieuvre femelle

La femelle, après avoir attendu la naissance de son petit, s’éloigne et meurt. Il faut donc souligner que comme les anguilles, ces poulpes font partie des animaux qui meurt après avoir s’être reproduits, et par conséquent, la relation de ces céphalopodes avec les parents est également pratiquement inexistante.

L’intelligence des pieuvres

L’intelligence des pieuvres n’est plus à prouver et reste à ce jour étonnante. De nombreuses pieuvres étudient en outre les objets et peuvent comprendre leur fonctionnement. Par exemple, une pieuvre de laboratoire a découvert comment ouvrir un bocal pour y introduire la nourriture. Et lorsque les chercheurs ont rendu la solution plus difficile en mettant un bocal qui s’ouvrait en poussant simultanément le couvercle et en le tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, la pieuvre elle-même a mis une heure à comprendre comment l’ouvrir.

De nombreux spécimens, s’ils entrent en possession d’une noix de coco, l’utilisent comme protection ou comme moyen de transport en se recroquevillant à l’intérieur et se roulant sur le fond marin.

Les pieuvres : reines du camouflage

L’un des aspects les plus étonnants de ce merveilleux animal, c’est qu’il peut varier ses ANN, en les modifiant en fonction des besoins du contingent, ou en utilisant un jet d’encre pour se créer une fenêtre d’évasion ou d’embuscade. L’une de ces modifications volontaires concerne, par exemple, la mutation de la couleur de sa peau. Aristote (384 av. J.-C. – 322 av. J.-C.) fut le premier à observer la pieuvre et à expliquer certains aspects de son mode d’accouplement, mais ce fut une découverte à laquelle peu de gens prêtèrent attention. C’est le scientifique et zoologiste Georges Curvier (1769 – 1832) qui a rendu officielle la découverte du membre sexuel de la pieuvre.

Les caractéristiques des pieuvres intéressent les scientifiques, qui essaient toujours d’expliquer l’évolution particulière de cet animal. En effet, par rapport aux autres animaux, les pieuvres sont capables de modifier l’ARN, qui est convertit de l’ADN, pour la fabrication de protéines sans modifier directement l’ADN. Les pieuvres sont donc des animaux qui ont privilégiés l’usage de l’ARN au détriment des mutations spontanées au sein de l’ADN, qui représente la base de l’évolution.  

Poulpe et cuisine

Enfin, les pieuvres font l’objet de nombreuses recettes de cuisine, et peuvent être préparés avec différents ingrédients pour les plus fins gourmets. Vous pouvez vous procurer une délicieuse poulpe, pieuvre ou seiche auprès d’un poissonnier, mais pour que l’animal puisse être préparé pour la cuisson, il sera nécessaire d’attendrir ses bras. Il sera alors essentiel d’attendrir le poulpe pour éviter que sa chair ne devienne trop caoutchouteuse (surtout pour les grosses poulpes). En général, le poulpe sera précuit dans un bouillon dans la majorité des recettes, et celui-ci devra baigner dans l’eau bouillante pendant une période de 15 à 45 minutes. Il faudra s’assurer que le poulpe est à point, et le laisser refroidir dans l’eau. Vous pourrez enfin déguster l’animal avec une salade ou modifier la recette à votre goût ou tenter de nouvelles recettes.