L’intolérance au lactose et l’allergie aux protéines de lait sont deux pathologies bien distinctes, bien que leurs symptômes soient presque les mêmes et que l’aliment mis en cause soit le lait dans les deux cas. Le premier trouble concerne le lactose, c’est-à-dire le sucre du lait ; tandis que le second concerne uniquement les protéines du lait de vache. Ce sont donc deux composantes du lait bien distinctes qui sont mis en causes. En général, dans le cas d’une allergie aux protéines de lait de vache, l’exclusion du lait et de tous ses dérivés est obligatoire. Pour l’intolérance au lactose, cela dépend de la tolérance de chacun : certaines personnes doivent exclure totalement les produits laitiers, d’autres peuvent conserver certains aliments comme les yaourts, le beurre, certains fromages. Même si vous êtes intolérant au lactose, vous ne devez pas renoncer aux nombreux avantages d’un complément alimentaire judicieux à base de poudre de protéine. En cas d’intolérance au lactose, le besoin en protéines peut facilement être couvert par des alternatives sans lactose.

Adopter les substituts sans lactose

En cas d’intolérance prononcée au lactose, on peut ou on doit se rabattre sur d’autres sources de protéines sans lactose. Cependant, il existe maintenant aussi une large gamme de protéines sans lactose. Les alternatives aux protéines animales et végétales. De nombreux produits sans lactose sont désormais disponibles : lait sans lactose, yaourt sans lactose, fromage sans lactose. N’hésitez-pas à les essayer. Sinon, il faudra se tourner vers des alternatives non laitières sans lactose. Des substituts de produits laitiers peuvent aider à répondre aux besoins en calcium et en vitamine D car ils sont souvent enrichis. Les sources de calcium non laitières sont : Dérivés de soja : boisson de soja, crème de soja, poudings et yaourts de soja ; les autres substituts au lait : boisson d’amande, de tournesol ou de chanvre ; les aliments à base de riz : fromage de riz, pouding de riz, boisson de riz et le jus de fruits enrichis en calcium. La boisson de soja représente le meilleur substitut au lait traditionnel car il contient sensiblement les mêmes quantités de calcium, de vitamine D et de protéines. Par contre, les boissons d’amandes ou de riz sont moins nourrissantes car elles contiennent très peu de protéines. Enfin, les haricots blancs, les légumes verts comme les choux, les haricots verts ou le brocoli ainsi que certaines noix comme les amandes ou les noix du Brésil contiennent du calcium. Des suppléments peuvent être indiqués dans certains cas .Une alternative consiste à utiliser des isolats de protéines de lactosérum hautement purifiés, un isolat de lactalbumine, isolat de protéines de lactosérum comme le All Stars Isotech Whey 94 dont le lactose a été presque entièrement éliminé. All Stars Isotech Whey 94 permet de couvrir les besoins en protéines également pour les athlètes souffrant d’une intolérance au lactose, à condition que celle-ci ne soit pas très prononcée. Bien entendu, il doit être mélangé à de l’eau à cette fin. Il est préférable de tester avec une petite quantité d’environ 20g par portion et d’augmenter par petits paliers si cela est toléré. Les athlètes de compétition, qui ont souvent des réserves à l’égard des produits laitiers, utilisent également le lactosérum Isotech Whey 94 de All Stars, presque sans lactose.

Respecter sa tolérance

En cas d’intolérance au lactose on utilisera le fromage et le yaourt sans lactose pour couvrir les besoins de l’organisme. Ces produits laitiers sans lactose sont en effet souvent enrichis en vitamines et minéraux et permettent d’éviter les carences alimentaires. Il ne faut en général pas mettre tous les produits laitiers dans le même panier. En effet, les produits laitiers fermentés comme le yaourt ou le kéfir sont habituellement bien tolérés par les gens intolérants au lactose. Les bactéries présentes dans ces produits utilisent une partie du lactose. De même, les fromages fermes sont également mieux tolérés car la majorité du lactose est enlevée avec le petit lait dans le processus de fabrication. Plus un fromage vieilli, plus le contenu en lactose ne diminue. Voici une liste de fromage sans lactose, ou très pauvres en lactose : le bleu, le brie,  la chèvre, le Camembert, le Cheddar, le fromage à la crème, l’Edam, le Mozzarella, le Gouda, la Gruyère et le Comté. Il existe différents degrés de carence en lactase. Quelle est la situation dans le domaine du fitness et de la musculation, où il faut couvrir un besoin accru en protéines, ce qui se fait généralement, au moins en partie, par le biais des produits laitiers ? Si l’on devait se passer complètement des produits laitiers, il ne resterait plus que la viande et les œufs pour couvrir le besoin accru, avec tous les risques connus, cholestérol, graisses animales et, dans le cas de la viande, le problème de la purine, ou les produits à base de soja. D’autres protéines végétales ne conviennent pas en raison de leur faible valeur biologique. Pour la plupart des gens, manger du poisson n’est pas non plus une alternative à la consommation de 2g de protéines/kg de poids corporel, voire plus. Le sucre du lait, ou lactose, se trouve en quantité variable dans les produits laitiers. Le lactose est un sucre double qui se compose d’un composant glucose et d’un composant galactose ou sucre de mucus. Ce disaccharide ne peut pas être absorbé dans l’intestin grêle, il doit d’abord être divisé en ses deux composants. Cela se fait par l’enzyme lactase.

Suivre le protocole de tolérance au lactose

 En premier lieu, on recommande d’éliminer de l’alimentation les aliments contenant du lactose jusqu’à disparition des symptômes. Ensuite, il faudra les réintroduire en petites quantités indiqué sur le protocole ci-dessous, afin d’évaluer et de définir un seuil de tolérance. Si les symptômes d’intolérance réapparaissent, éliminez complètement les aliments de votre menu. Puis tentez de nouveau leur réintroduction plus tard afin de réévaluer l’intolérance. Première étape : consommer une portion d’aliment correspondant à 1 g de lactose lors d’un repas du matin. S’il n’y a aucun symptôme, le lendemain matin, la ration de lactose est doublée. Si cette quantité est de nouveau bien tolérée, on augmentera à 5 g de lactose au troisième jour, puis à 10 g au quatrième jour. Deuxième étape : augmenter le nombre de rations tolérables au quotidien. Cela veut dire passer d’une ration par jour à deux, matin et soir,  puis le jour suivant, à trois rations.